Hommage aux meilleures guitaristes Irlandais

guitaristes irlandais

Nous devons absolument honorer certains des guitares les plus influents irlandais nous pourrions nommer.Notre gamme de choix depuis indie moderne des années soixante et soixante-dix millésime roche et de blues hardcore.

 

10. Noel Hogan – The Cranberries

 

Noel Hogan est le guitariste et co-compositeur du groupe de rock irlandais The Cranberries. En 2003, The Cranberries a décidé de prendre une pause après plus d’une douzaine d’années de tournées, la promotion et l’enregistrement qui avait vu les ventes d’albums d’horloge jusqu’à plus de 40 millions d’euros. Noel tourné pour se concentrer sur sa propre musique et a commencé à travailler avec programmateur Matt Vaughan, qui avait déjà travaillé avec Noel sur un matériau inédit Cranberries. En mai 2005, Noel a publié ses nouvelles chansons sous le nom de Band Mono, plus un effort de collaboration à un album solo, le dossier présenté Alexandra Hamnede, Richard Walters, Kate Havnevik et d’autres.

Suite à la sortie de l’album Band Mono, Noel a fait équipe avec l’ex-chanteur Richard Walters Theremin pour former Arkitekt. Ensemble, ils ont sorti « Black Hair » deux EPs et ’14 jours en 2008 et 2009 »avec tout le travail, mais complété sur un album complet à paraître dans un avenir proche.

Au cours des dernières années, Noel a développé son travail de production, en travaillant avec des groupes comme Twins Supermodel Limerick, rockers Mullingar The Aftermath et Reema, un groupe Cork qui viennent de terminer leur premier album avec Noel.

En 2009, Noel a publié Tonelist sur sa propre empreinte dossiers Gohan. L’album est une collaboration avec spectacle vert et Live Limerick en direct 95FM, et est une collection accueille des groupes mieux connus et va-et-vient de la scène musicale Limerick.

En Août 2009 Les Cranberries qu’ils réformer pour une tournée live avec dates confirmées en 2009/2010 en Amérique du Nord, Amérique du Sud et en Europe.

http://www.myspace.com/noelhogan

 

 

9. Bermie Tormé – Ozzy Osbourne et Gillan (comme dans Ian)

 

Il a été dit de l’irlandais guitariste Bernie Tormé qu’il joue sa Fender Stratocaster Vintage grâce à un amplificateur Marshall comme s’il les connaissait dans une vie antérieure.

 

Bernie a joué dans le groupe de Dublin The Urge (entre autres) dans le début des années 70 avant de s’installer à Londres en 74, où il a d’abord joué avec pub rockers Scrapyard lourde, et plus tard a formé le punk Bernie Torme bande en 76-77, en tournée avec le Boomtown Rats et la génération X entre autres.

 

Dans 79 Bernie a rejoint l’ex chanteur de Deep Purple Ian Gillan Gillan bande, et a joué un rôle crucial dans le succès des bandes, écrire et jouer sur quatre dix meilleurs albums et de singles à succès beaucoup. Après son départ de Gillan, il a joué avec Ozzy Osbourne, debout dans le grand Randy Rhoads après la mort tragique de Randy dans un accident d’avion. Bernie uni leurs forces avec la fille et ex actuelle de LA Guns devant l’homme Philip Lewis dans Torme dans les années 80, aussi bien que jouer avec le légendaire claviériste Vincent grue en tant que membre de rockers psychédéliques de doom Atomic Rooster.

 

Bernie a également joué avec Dee Snider de Twisted Sister et le batteur d’Iron Maiden Clive Burr dans Desperado. Desperado de « Ace » album a finalement vient d’être publié au Royaume-Uni sur le label AngelAir (pas Sjpcd154 chat) et aux États-Unis sur Cléopâtre (cat. .. CLP 1644-2).

 

Bernie travaille actuellement avec le bassiste John McCoy homme de la montagne, également ancien Gillan et psycho-claquer le batteur Guy Robin sous le nom de bande Guy McCoy Torme, ou GMT pour faire court.

 

Vérifiez plus de Tormé sur myspace http://www.myspace.com/bernietorme

 

 

8. Kevin Shields – Primal Scream, My Bloody Valentine

 

Ok, il est né aux États-Unis de parents irlandais – mais est retourné à Dublin à l’âge de 10 ans. Né dans le Queens, à New York d’une mère qui travaillait comme infirmière et d’un père directeur agro-alimentaire, Kevin Shields est l’aîné de cinq frères et sœurs. Les parents Shields a émigré aux États-Unis à partir de l’Irlande dans les années 1950.

 

Il est allé à une école catholique qu’il a décrit comme «une école vraiment horrible géré par des religieuses psychopathes. » Quand il avait 10 ans, sa famille retourne à Dublin vivre à proximité de l’appui de leur famille élargie.

 

Shields a décrit le choc culturel après avoir quitté l’Irlande des Etats-Unis, ce qui reflète en particulier sur la culture de consommation américaine, en disant: «C’était comme passer d’autant que j’étais inquiet, le monde moderne à un passé lointain. » La seule différence entre les USA et l’Irlande qui a eu un grand impact sur lui, c’était la commercialisation de la musique vers les adolescents au Royaume-Uni et en Irlande. Il a dit qu’il n’existait pas vraiment de cette façon quand il a vécu aux États-Unis dans les années 1970. Shields continue à détenir un passeport américain [3] .

 

Lorsque Shields a 15 ans, il a été approché par un enfant de 12 ans qui lui a demandé s’il voulait être dans un groupe. Cette bande était là où il a rencontré le batteur de My Bloody Valentine Colm Ó Cíosóig. Le groupe a été appelé le complexe et ils ont joué « quelque part entre Oi! et plus punk « , a fait remarquer Shields. Étendre sur la façon dont il a développé son style de jeu, il a dit: «J’ai toujours voulu être juste comme Johnny Ramone. Juste être vraiment bon à quelque chose. Je pense que je n’ai jamais été habile, et parce que je n’ai jamais vraiment appris à jouer à l’échelle, ou guitare, ou quoi que ce soit, mais parce que j’ai toujours voulu être expressive, qui m’a fait utiliser la tige de vibrato, ce qui m’a donné quelque chose à travailler avec depuis longtemps. J’ai vraiment descendre en entendant, je ne peux même pas vraiment le décrire, la différence entre frapper la même corde d’une manière ou d’une autre manière, et les subtilités dans cela. Donc, à cet égard, d’autant plus que les joueurs de guitare flashy, je peux jouer et il semble que l’ampli est réglé au minimum réel faible, et puis jouer et il semble que c’est le très fort. Contrôler.  »

 

L’un des aspects les plus reconnaissables de la musique Shields est son son de guitare épais et rêveur, associée à ses enregistrements ultérieurs avec My Bloody Valentine.

 

Personnalisation du système de vibrato Fender et pour les Jaguars Jazzmasters, Shields manipule le levier de vibrato accords strumming tout. Il a eu le bras de trémolo sur ses guitares considérablement étendu et utilise une bande à une extrémité de sorte que la tige de vibrato est assis très haut sur la guitare et il est très lâche.(Alan Di Perna, Guitar World, Mars 1992, page 26.) Avec la tige de vibrato dans cette position, son mouvement n’est pas limité, lui permettant de cordes mélodiques sans avoir à modifier sa motion visant à tenir compte de la tige de vibrato. Pour épaissir le son, il joue à travers un Yamaha SPX 90 en utilisant un effet de réverbération inverse qui inverse l’enveloppe de réverbération normale sans les notes en arrière. (Alan Di Perna, Guitar World, Mars 1992, page 152.) Augmenter le son de sa plus loin, il ampères manivelles à des volumes exceptionnellement forts et utilise open tunings, provoquant haut-parleur « rupture » et l’augmentation de soutenir.Au lieu de la note habituelle flexion avec un bras tremolo, il réalise une sorte de corde flexion que Rolling Stone décrit comme «un effet de déformation étrange qui fait de la musique errer dans et hors du foyer ». Les fans qui ont joué le disque vinyle de Loveless étaient connus pour vérifier les enregistrements des déformations lors de la première à y jouer. Sur le sujet de 1991 remarques album Loveless Shields, «les chansons ne sont timings étranges et des choses, mais les textures proviennent des accordages de guitare. »

 

Shields a souligné qu’il utilise beaucoup moins de pédales d’effets et overdubs que les fans et la presse musicale parfois le faire passer pour l’utiliser. Il a noté à plusieurs reprises dans des interviews que la plupart des pistes disposent d’une ou deux grandes, quoique massive de sondage, les pistes de guitare qui dégagent beaucoup de couches de son. Cette erreur a conduit les gens à croire qu’il utilise de multiples overdubs qu’il a répétés à plusieurs est terminée pas comment sa sonorité est atteint, du moins pas avant que le PE Tremolo.Bien Tremolo et Loveless présenté plus l’échantillonnage et de la guitare échantillonnée, (Simon Reynolds, NYTimes, Décembre 1, 1991, Section des arts Pg. 26) il suffit de jouer avec une Jaguar ou Jazzmaster et Yamaha SPX 90 avec certaines chaînes en open tunings pour obtenir une idée de la façon dont il réalise un son de guitare massif tourbillonnant avec une guitare qui sonne comme une certaine overdubs nombreux.Enregistrements précédents Kevin pré-Tremolo se composait principalement d’une guitare pendant le refrain, puis une guitare avec un son différent pendant les couplets. Tremolo et Loveless impliqué plus d’échantillonnage de guitares et de synthés. Shields a expliqué: «Quatre-vingt dix pour cent de ce que nous faisons est juste une guitare directement dans un ampli.» (Alan Di Perna, Guitar World, Mars 1992, p. 25-26) «Les gens pensent que c’est toutes les pédales, mais toutes mes pédales sont graphiques égaliseurs et de tonalité. Tout est dans le ton. « (Steve double, NME Novembre 9, 1991, p. 14) Divers pédales d’effets joue surtout un rôle en essayant de recréer les sons en studio dans un décor réel.

 

Beaucoup ont essayé de reproduire le sons de guitare sur Loveless, avec plus ou moins de succès citation nécessaire ]. Shields même eu du mal à reproduire les sons lui-même, sa guitare en live retentit à l’heure variait considérablement de ceux qui sont dans le dossier. Il était connu pour essayer de reproduire la puissance pure du son enregistré en tournant sur scène moniteurs face au public, plutôt que de la bande. La série My Bloody Valentine régulière proche « You Made Me Realise » généralement inclus un intermède avec des rafales de bruit et des commentaires qui pourraient aller aussi longtemps que 40 minutes de Shields, qui fait remarquer: «Il était tellement bruyante qu’elle était comme la privation sensorielle. Nous avons juste aimé le fait que nous avons pu voir un changement dans le public à un moment donné « . Beaucoup, y compris Shields, note que l’ère Loveless-My Bloody Valentine spectacles étaient parmi les plus forts concerts roche qu’ils aient jamais connu. Ventilateurs même émis l’hypothèse que les tympans endommagés ont contribué à l’absence de post-Loveless de My Bloody Valentine.

 

En Août 2003, Shields a été voté le plus grand guitariste 95e tous les temps par le magazine Rolling Stone.

Pour ces dernières spectacles qu’il a admis avoir utilisé 30 pédales d’effets pour son son de guitare.

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Kevin_Shields

 

 

7. Garry Roberts – The Boomtown Rats

 

Le directeur de Garry de Dublin lycée appelé les parents de Garry en une journée à penser qu’ils se déplacent de leur fils dans un pensionnat, « où l’on peut garder un oeil sur lui ».

 

Son mouvement exécuté à un pensionnat Quaker terme juste en dehors de Waterford remporté un grand succès, mais pas pour les raisons qui que ce soit prévu. Lorsque Garrick jeté les yeux et les oreilles sur le groupe de rock école, il savait que c’était ce qu’il voulait faire.

 

«J’étais déjà à l’écoute des Pretty Things, les Kinks, les Yardbirds, Jeff Beck et John Mayall et ce fut tout. »

 

Ses premiers efforts avec la guitare acoustique de son père ont été de courte durée quand il a été perdu dans un incendie de l’école, mais papa perplexe jusqu’à la caisse pour un remplacement électrique et bientôt Garrick et sa compagne étaient Fingers Johnnie appareils réguliers lors des fêtes. Johnny au piano et à la guitare Garrick.

 

Finalement, dans le sens de ces choses se passent, ils ont décidé de former un groupe et assemblé quelques amis de plus et les relations Il était Garrick qui s’approchaient de Bob Geldof pour être leur manager.

 

« J’avais su Bob pendant des siècles », « Il ne vivait que sur la route. Il savait beaucoup de choses sur la musique et avait un cerveau d’affaires avisé.  »

 

Toutefois, Bob est arrivé pour une répétition de groupe dans la cuisine de Garrick portant un harmonica et un album de Dr Feelgood. Il ne fallut pas longtemps avant qu’il était le chanteur.

 

«Jusque-là, j’avais pris les chant », Garrick a expliqué, «mais je n’étais pas heureux avec elle. Bob avait l’air bien et a eu la présence et nous avons donc décidé qu’il devait le prendre.  »

 

Le reste appartient à l’histoire.

 

Quand Bob Geldof est allé à poursuivre une carrière solo loin de The Boomtown Rats, il a laissé dans les limbes Garry Roberts musicale. Pendant un certain temps Garry a travaillé comme ingénieur du son avec des actes comme manœuvres Simply Red et orchestre in the Dark. Il a ensuite vendu l’assurance-vie pendant 15 ans, et devint plus tard un ingénieur chauffage central – «J’aime beau tuyauterie ».

 

Le guitariste de The Boomtown Rats Garry Roberts est toujours en tournée avec The Boomtown Rats batteur Simon Crowe avec l’ajout de Peter Barton à la basse et Darren Beale à la guitare.

Garry vit dans le Herefordshire, en Angleterre.

 

 

6. Henry McCullogh – Spooky Tooth and Wings

 

La carrière de Henry McCullough traverse à peu près toutes les facettes imaginables de la musique rock, et touche à certains de ses moments les plus glorieux.

 

Grandir dans la station balnéaire de Portstewart, Henry première aventure musicale était aussi guitariste irlandais showband montée en flèche et les années qui ont suivi l’ai trouvé faisant le circuit salle de danse avec des tenues similaires, y compris le gène populaire et le Gents.

 

Lorsque la flèche du blues a frappé l’Irlande, Henry s’est engagé avec le côté rugueux de la musique à travers la tenue qui devait devenir Eire Apparent. Géré pour un temps par Chas Chandler, Eire Apparent été l’un des nombreux groupes de prendre part à des voyages à forfait de la Grande-Bretagne, aux côtés de groupes comme The Move, Pink Floyd, The Jimi Hendrix Experience, Amen Corner … Après une sortie prématurée de la bande, Henry cloué certains des plus beaux mélange de traditionnel et de rock avec son travail dans le cadre des Hommes légendaires de Sweeney. Il est dit que ce line-up plus ou moins inventé le concept de Folk-Rock.

 

Il a ensuite dérivé vers Londres, où il est devenu ancré dans la scène blues, côtoyer certains des plus grands du genre qui ont été tout simplement portés à l’attention des revivalistes britanniques. Une rencontre avec une jeune chanteuse Sheffield a conduit à un emploi et première brosse Henry avec le temps realIy grand – dans le cadre de Grease Band de Joe Cocker. Tours et albums suivi rapidement, y compris une apparition à Woodstock et une longue période de travail dans les États.

 

Rompant avec Cocker, Henry et The Grease Band a continué de MUNE une veine du blues graveleux qui a fait un favori en direct qui a rarement été égalée.

 

Il s’est trouvé des auditions pour un concert avec l’ex-Beatle Paul McCartney. Henry, avec Denny Seiwell, Denny Laine et Linda McCartney ont été les premiers – et beaucoup disent meilleure incarnation des ailes. Il embellit le single ‘My Love’ avec un solo gracieuse qui est l’un des joyaux de guitare de tous les temps et montre une fois pour toutes la puissance expressive de l’instrument.

 

Lors d’une session ailes à Abbey Road où Pink Floyd étaient dans la porte de l’atelier suivant, Henry a fait une contribution parlé au côté classique Dark of the Moon.

 

Mais des divergences musicales avec le Macca entêté suivi, et Henry a pris la décision de partir. Suite à son instinct pour le rock, il s’est retrouvé dans une très bonne compagnie, jouer de la guitare et en concert avec le gouvernement Harper Roy, Marianne Faithfull, Ronnie Lane, Donovan, Frankie Miller, Eric Burdon, Viola Wills, Spooky Tooth.

 

Lors d’une visite à la maison pour voir sa famille dans les années 80, un accident avec un couteau a presque coûté sa vie Henry, rompant tendons la main à jouer. La mise à pied forcée a permis Henry à réévaluer sa vie et sa carrière, et il a pris la décision de rester à la maison en Irlande. Le chemin de la guérison était presque terminée quand Henry a commencé à siéger avec les Cowboys Fleadh pour leur résidence après-midi désormais légendaire dimanche dans The Lower Deck à Dublin. Il est vite apparu que la contribution de Henry était une attraction en soi, alors il forme son propre groupe et a visité l’Irlande en 1988.

 

Dans les années 90, Henry est retourné à Portstewart et a formé un nouveau groupe avec Percy Robinson sur la pedal steel et Butcher Roe à la basse et à la batterie Liam Bradley. Plus récemment, le groupe a présenté James Delaney sur les touches, Chrissy Stewart (Frankie Miller Band) à la basse, Chris Probst à la guitare et Tony Phillips à la batterie.

 

En 1998, il est allé en Pologne, où il a répété une bande de musiciens de session polonais pour une visite. A la fin de la tournée, ils sont allés dans un studio et a joué «en direct» pour un après-midi. Un CD qui en résulte, Blue Sunset a donc été publié en Pologne, et a été suivi par une tournée supplémentaire polonaise avec succès.

 

En rentrant chez lui, Henry a décidé qu’il était temps de faire enregistrer un peu d’enregistrements studio. Avec l’aide et les encouragements de ses nombreux amis, il sort «Échec chrétienne», une chanson poignante auto écrit qui a depuis été couverte par Nick Lowe sur son dernier album Demon, ‘Dig My Mood ».

 

À l’été ’99 Henry a été dévasté quand sa bien-aimée 1963 rouge cerise Gibson ES335 a disparu d’un vol British Midlands entre Varsovie et Heathrow. Cependant, il a encore son or-top Les Paul qu’il a joué à Woodstock.

 

Henry McCullough est à juste titre l’une des figures les plus légendaires du rock. Vérifiez-le en direct un certain temps et être convaincu par vous-même.

 

Découvrez http://www.henrymccullough.com/

 

 

5. Eric Bell – Thin Lizzy

 

Nous avons pensé que ce serait tellement cool si on vient de donner le lien direct vers les Irlandais Boy Eric Bell, sa biographie est écrite par lui et par écrit à la première personne. Bonne lecture à http://www.ericbellband.com/

 

Je suis né dans l’est de Belfast le 3 Septembre 1947. La première fois que je suis tombé en amour avec la musique était d’environ 8 ans, en écoutant de la musique classique sur un réseau sans fil gros – c’était génial de pouvoir rêver à. Un Noël, quand j’avais 14 ans ou plus, l’un de mes cadeaux était une guitare en plastique – c’était totalement inattendu. Elle était petite, la taille de la moitié, ont eu six différentes chaînes colorées, et les frettes assez bonne.

 

Il y avait une émission de télévision dans ces jours, et l’un des habitués à ce sujet était Bert Weedon, un guitariste très connu. Chaque semaine, il faudrait établir une corde de guitare sur un tableau noir, et expliquer comment le jouer. Je voudrais regarder et d’apprendre une nouvelle corde à chaque semaine.

 

La prochaine chose importante à former mon intérêt pour la musique a été entendu, et puis voir Lonnie Donegan.Un de mes amis à l’école, Davie Lyttle, a eu beaucoup de disques Lonnie, et je voudrais revenir à sa maison après l’école pour les écouter, ils étaient magiques et je n’ai jamais fatigué de les écouter, même à ce jour.L’autre influence majeure a été l’ombre, qui a également exprimés leur sort sur ​​moi.

 

J’allais encore à l’école secondaire Orangefield garçon et une pause-repas découvert l’un des gars de ma classe jouait de la batterie dans un groupe de Shadows-type. Finalement, j’ai été invité à la maison où ils ont répété.Leur guitariste laissez-moi jouer de la guitare – la toute première fois je n’avais jamais joué une guitare électrique.Une semaine plus tard, le groupe m’a demandé d’être son guitariste!

 

 

Je suis resté pendant six mois, puis rejoint un autre groupe, puis un autre, jusqu’à ce qu’une offre d’adhérer à une Showband irlandais (Les Bluebeats) venue à ma rencontre. La seule raison pour laquelle j’ai rejoint, c’est qu’ils sont très professionnels. J’ai dit au revoir à l’usine de chemises où je travaillais, et alla vivre à Glascow, où les Bluebeats étaient fondées. Après un an et quelques mois plus tard, nous sommes retournés à Belfast, et nous nous sommes séparés.

 

J’ai rejoint le Showband Shannon. Quatre mois plus tard et cette fois j’ai eu à vivre dans Headingly, Leeds. Nous avons joué des clubs d’hommes de travail, salles de bal irlandais, et quelques pubs irlandais. Tout fait long feu après un an et demi, et je suis retourné à Belfast.

 

J’ai rejoint un groupe de blues appelé Shades of Blue après leur guitariste avait quitté. Un jeune homme nommé Gary Moore.

 

Grâce Shades of Blue, j’ai rencontré John Farrell, chanteur d’un groupe de Dublin appelé le Mouvement. John allait être le chanteur avec une nouvelle Showband jeune irlandaise moderne appelé The Dreams. Il a dit que je devrais aller à Dublin et à auditionner pour le logement guitare. J’ai pris la chance et l’obtint.

 

Après un an et quelques mois, j’ai quitté les rêves et a décidé de former un groupe. Je l’ai appelé Thin Lizzy …

 

 

4. Vivian Campbell – Deff Leppard, Dio, Whitesnake

 

Seize ans en 1978, Savage Vivian premier groupe Doux originaire de sa ville natale de Belfast, Irlande du Nord.Avec d’autres hard-core des groupes tels que Budgie, ils étaient pré-curseurs de groupes comme Metallica, qui ont été fortement influencés par son Sweet Savage, et plus tard ont enregistré leur propre version de « Killing Time » Sweet Savage pour leur «Garage, Inc » album.

 

En tournée soutenant des groupes comme Thin Lizzy et Motörhead autour de la Grande-Bretagne, Vivian a attiré l’attention du bassiste Jimmy Bain, qui allait bientôt rejoindre Ronnie James Dio pour enregistrer son post-Noire premier album solo du sabbat pour Warner Bros À la recherche d’un guitariste puissance, dynamique , Jimmy a rappelé son impression mémorable de la jeune Vivian inconnu, et le recommanda à Ronnie.

 

Vivian a 19 ans quand il a auditionné et que line-up est allé en studio pour enregistrer les albums désormais classiques « Dio Holy Diver » et « Last In Line ». Le garçon de Belfast était sur son chemin. En 1987, Vivian a été invité à se joindre Whitesnake, une bonne foi hard rock supergroupe. Avec une nappe, sexy, image MTV et mené par l’ex-Deep Purple Coverdale chanteur David, cet album serait devenu phénomène de l’année et enfin briser Coverdale (qui était déjà une grande star en Europe) en tant qu’artiste aux États-Unis, mais les choses n’étaient pas être, et Vivian aspirait à créer de la musique qui était plus blues-base et moins hard-rock, et aussi de s’essayer au chant, son arme secrète inconnue.

 

Ainsi, les RiverDogs sont nés, une tenue de quatre pièces avec Vivian and blues culte chanteur Rob Lamothe au chant. Ce line-up serait d’enregistrer un album pour Epic Records avant Vivian était à nouveau en mouvement. En 1991, lors d’une interruption prolongée de tournée il allait enfin commencer à écrire des chansons pour son premier album solo pour Epic Records. Son ton et la direction serait de rendre hommage aux sons pop-rock du mouvement chanteur / compositeur et le soul et R & B de la Motown.

 

Collaborations d’écriture produite démos belles et l’enregistrement de l’album est sur le point de commencer lorsque l’appel provient d’Def Leppard chanteur Joe Elliott. La mort tragique du guitariste Steve Clark a laissé un trou béant dans le line-up de l’un des plus grands du monde des actes de vente. Ayant toujours été un fan de la flambée des harmonies Def Leppard et crochets pop sterling, c’était une décision carrefour, vous n’avez qu’une seule chance de rejoindre un groupe de rock légendaire, et l’album solo a été mis en attente.

 

Treize ans plus tard, le temps est venu enfin de poursuivre un album solo à nouveau, mais cette fois, la direction prendra une forme différente. Vivre à Los Angeles, Vivian avait lui-même plongé dans l’univers de la section locale de blues-circuit des clubs, tout un changement du régime complexes, multi-overdubs et l’état des valeurs de production les plus modernes de Def Leppard. La spontanéité et « one-take » urgence de ce genre de blues vrai dicté un ensemble spécifique de nouvelles règles qui seraient appliquées pendant le tournage de « Two Sides Of If. » Règle numéro un: il a dû être enregistré live en studio, en étant sûr de toujours garder un contact visuel entre tous les musiciens. Cela signifiait Vivian chanter chant tout en jouant de la guitare solo – overdubs pas autorisé ….. Règle numéro deux: avoir du plaisir et de voler par le siège de votre pantalon. Avec souhaits liste des joueurs comme Terry Bozzio à la batterie et Billy Gibbons et Joan Osborne Guest apparences de décision, les séances ont été inspirés et le résultat final est « Two Sides Of If. »

 

Vingt ans dans la fabrication et pas une minute trop tôt.

 

Découvrez Vivian Campbell sur son profil myspace à http://www.myspace.com/viviancampbell

 

 

3. Rory Gallagher

 

Rory Gallagher est l’homme qui, sans aucun doute, le fer de lance et l’influence du mouvement rock irlandais complet. Fait remarquable, près de 15 ans après son décès prématuré en Juin 1995, la musique de Rory est plus populaire que jamais avec sa légion de fidèles. Rory musique était sa religion. La conviction et la sincérité avec laquelle il a projeté l’ont assuré une place dans l’histoire du rock et earnt lui acclamé par la critique comme l’un des plus grands porteurs de flambeau de la conduite, du rock et du blues effusive.

 

Né en 1948 à Ballyshannon et a grandi à Cork, Gallagher odyssée rock ‘n roll a commencé à un jeune âge quand il a vu Elvis Presley à la télévision et est devenu inspiré pour obtenir sa première guitare. Rory voulait l’entendre et d’apprendre de gens comme Lonnie Donegan, Woody Guthrie, Leadbelly, Chuck Berry, Muddy Waters et Jerry Lee Lewis, dont beaucoup Rory a continué à enregistrer avec. Alors qu’il était encore à l’école au cours de ses premières années d’adolescence, Rory a commencé à jouer avec des groupes professionnels montrent toute l’Irlande, dont le répertoire comprend tous les succès populaires de la journée. Non satisfait de cette musicalement, Rory a converti son dernier showband L’Impact dans une tenue R’n’B six musiciens et se dirigea vers Hambourg en milieu des années 1960. À l’arrivée, ce line-up a été rapidement coupé vers le bas à son premier trio.

 

Rory allait former le goût en 1967 un groupe qui a rapidement rencontré un large succès avec, puis se dirigea vers Londres, où ils eurent un succès immédiat au Club Marquee célèbre de Londres, comptant parmi leurs fans de John Lennon.

 

Juin 2010 est le 15 e anniversaire depuis la mort de Rory, son héritage sera commémoré à Ballyshannon par le dévoilement d’une statue de lui en action par la célèbre sculpteur David Annand écossais. Ce qui précède festival Rory l’annuel de quatre jours du festival de cette ville. Ajout aux honneurs civiques; Cork Rory Gallagher bibliothèque musicale et l’Institut de technologie de nommer leur théâtre d’après le héros local, Belfast plaçant une plaque à l’Ulster Hall, pour n’en citer que quelques-uns.

 

À l’heure actuelle, un documentaire sur Rory tire à sa fin et on s’attend à subir un dépistage sa «première» avec RTE en Juin. Parallèlement à cette séquence, le travail a commencé avec le réalisateur Declan Quinn pour produire un film sur la vie de Rory et le temps. En outre matériel audio-américains d’enregistrements de Rory sont en cours d’élaboration dans le studio Polydor Records et doivent publier un coffret pour célébrer les 40 ans et plus depuis Rory a fondé son goût – Rory Forever.

 

En ’91 Gallagher a entrepris une tournée mondiale à la fin de la dissolution qui a vu son ancien groupe. Avec un nouveau line-up créée en ’93 (Richard Newman batterie, David Levy basse, claviers Gerient Watkins / accordéon et conservé Mark Feltham à l’harmonica), ravi de sa nouvelle Gallagher sidemen a entrepris une vaste tournée européenne, après quoi le musicien destiné entrant les studios pour enregistrer deux albums supplémentaires en même temps: l’une acoustique et une avec son nouveau groupe. Mais Rory «Walkin ‘Blues Tour» a été restreinte aux Pays-Bas, Janvier 1995 pour cause de maladie.

 

Après son admission à l’hôpital, Rory subi une greffe. Malheureusement, bien qu’ayant fait une forte reprise, il est décédé le 14 Juin à partir d’une infection.

 

Hommages à ce grand musicien venu de personnes à travers le monde, les lieux ont été nommés en son honneur, mais surtout sa musique n’était pas oubliée avec un éventail de groupes hommages, des concerts, des festivals, des chansons et des poèmes qui lui sont dédiés. Instruments Fender a produit un hommage sous la forme d’un Rory Stratocaster »et Martin Guitars fait une acoustique en son honneur.

 

Recueillant l’héritage musical de Rory, Donal son frère est allé dans le studio avec Tony Arnold (que Rory avait l’intention d’enregistrer avec), de restaurer et de re-maître des enregistrements Gallagher, tout en mettant beaucoup d’apparitions filmées de Rory sur DVD. Placer ceux-ci et l’étiquette Capo par BMG, qui deviendra plus tard Sony, ce qui en fait l’un des meilleurs catalogues de vente et artiste n’a marqué aucun 1 place et le statut de platine pour les DVD – vente près de cinq millions d’exemplaires depuis réédition.

 

Découvrez http://www.rorygallagher.com/ # / biography.htm

 

 

2. Gary Moore-Thin Lizzy et une carrière solo très réussi.

 

Gary est né à Belfast, Irlande du Nord, le 4 Avril 1952. Comme beaucoup d’autres, il a été allumé au rock and roll d’abord par entendre Elvis Presley, puis par les Beatles. En voyant des gens comme Jimi Hendrix et John Mayall Bluesbreakers dans sa ville natale dans les années 60 mi-ouvert à lui, le monde riche de The Blues. L’audition de l’art de la guitare Blues interprétées par des exposants décrite comme la Peter Green a tiré le talent naissant de Moore, et il ne fallut pas longtemps avant qu’il a été salué comme un prodige musical adolescent. En effet, il était vert lui-même qui a aidé carrière favoriser Moore, une dette qui a été remboursé grassement quand Gary couper son hommage sincère et chaleureux au son mentor, les «Blues For Greeny ‘album, sorti en 1995.

 

En 1979, Gary carrière solo a véritablement commencé avec le hit single évocateur, «Parisienne Walkways», qui dressa Gary bon goût, guitare blues-imbibé avec une voix maussade Phil Lynott invité. Le single atteint le Top Ten britannique en Avril de cette année, et l’album suivant, « Back On The Streets» était également bien reçu. Fin des années 1970 et au début des années 80 ont été caractérisées par Gary recherche inquiète pour les meilleurs réglages pour ses talents musicaux, une réunion avec Phil Lynott a produit le puissant ‘Out In The Fields « hit single (1985). Il explore ses racines celtes sur «Wild Frontier » de l’album (1987), mais c’est avec l’album 1990, «Still Got The Blues», que Gary est arrivé à un riche filon musical au sein duquel sa créativité pourraient circuler librement. Ceci et son successeur, «After Hours» a vu des apparitions de l’aime de ces Blues grands de la guitare comme Albert King, BB King et Albert Collins, et c’est un témoignage de Gary propres talents remarquables qui il a plus que tenu son propre sein comme compagnie août. En 1994, Gary a travaillé aux côtés de Ginger Baker et Jack Bruce, dans la bande de BBM, la coupe d’un album accompli, avant de reprendre sa carrière solo.

 

Le «Back To The Blues » (2001) album a vu ce musicien talentueux consummately revoir les bleus avec une vigueur et une détermination renouvelées, après la plus expérimentales « Dark Days In Paradise » (1997) et «A Different Beat » (1999) albums. Une collection de dix piste qui mêle excellents originaux Moore avec des couvertures rudes et intenses de normes. Mais, dans la tradition de garder ses fans et les critiques de devinettes, 2002 a vu Gary Moore s’écraser sur la scène musicale avec ce que doit être son plus lourd collection de chansons depuis la fin des années 1980, une fois de plus forcer les gens à réévaluer les opinions et les idées préconçues ils peuvent avoir de lui. C’est fois-ci cependant, Moore avait décidé de partager la vedette, unissant leurs forces avec l’ex-Skunk Anansie bassiste Lewis Cass et Primal Scream batteur Darrin Mooney pour former des «cicatrices», un trio vrai pouvoir à tous égards. Album des «cicatrices» a été achevée au début de 2002 et que line-up, puis a continué à enregistrer le «Live at the Monsters of Rock (2003) en live CD et DVD, qui présentait le de bande définie comme effectuée sur deux nuits séparées sur Tour au Royaume-Uni en mai 2003. Les sessions live de englobait un large éventail de matières, de toute carrière de joueur de Gary.

 

2004, vu peut-être la plus brute album encore de Gary Moore, « Power of the Blues». L’ensemble de 10 voies, la plupart du temps enregistrés live en studio, allaient de la hard rock / blues de la chanson-titre, par l’intermédiaire de la balançoire optimiste de « Vous ne trouvez pas mon bébé », à la hantise « Inside Torn ».

 

Prendre le temps en Août 2005, pour une brève réunion avec certains de ses anciens copains de Thin Lizzy, pour un concert unique à Dublin. La soirée a été filmé pour un DVD version 2006. Gary Moore and Friends, One Night in Dublin, A Tribute to Phil Lynott »(Eagle Vision EREDV559). Gary album studio de dernière Old New Ballads Blues »(Eagle Records, EAGCD314) 2006, les caractéristiques vedette un mélange de superbes originaux mélangés à quelques reprises de blues inspirantes.

 

2009, voit Gary poursuivre l’élan de toute la tournée derrière la version 2007 de « As You Get Close ». Spectacles ont été joués dans diverses capitales européennes, et aussi un certain nombre de festivals en plein air tout au long de 2008 et qui s’est poursuivie en 2009, avec des visites réussies de l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni a joué au cours de la première moitié de l’année. D’autres salons européens et à des festivals en Suisse, en Finlande et en Allemagne ont été à nouveau également ajouté à l’horaire de tournée chargé. Traduit par une demande pour les dates au Royaume-Uni plus en Octobre / Novembre. Giving even more fans, old and new an opportunity to experience ‘ Baby For You Baby ‘ live.

 

Check out http://www.gary-moore.com/biog.html

 

 

1. U2’s The Edge – David Evans

 

A few years back, pundits pronounced the demise of rock `n’ roll’s instrumental talisman, claiming that the Goliath had been slain by the digital slingshots of samplers and sequencers. Among the evidence cited for this musical revolution: U2.

 

On the quartet’s 1990s albums (“Achtung Baby,” “Zooropa,” “Pop”) this quintessential `80s rock foursome _ whose sound is instantly recognizable in guitarist The Edge’s chiming riffs _ went techno. U2 exchanged amp feedback for synthesizer doodles, floor toms for drum machines, leather jackets for nylon street wear.

 

Instead of the mystical desert of “Joshua Tree,” the Irish band sang about, well, “Miami,” as one track on “Pop” was called. Problem was, “Pop” bombed. The irony-laced album sold poorly, compared to the group’s usual multiplatinum level. The megahyped “Pop Mart” tour, announced in the unlikely environs of a New York K mart, similarly stumbled under the pretenses of its awkward high-low concept. The shows drew tepid reviews from the usually devout press and nearly bankrupted the group.

 

So U2 went back to the fret board. The group’s latest album, “All That You Can’t Leave Behind,” marks a return to rock `n’ roll basics.

 

As a guitar player, The Edge is recognized as having a trademark sound typified by a low-key playing style, a chiming, shimmering sound (thanks in part to the signature sound of classic VOX AC-30s ) that is achieved with extensive use of delay effects , reverb , and a focus on texture and melody . To achieve an “Edge-like” sound, the feedback delay is set to a dotted eighth note (3/16 of a measure), and the feedback gain is adjusted until a note played repeats two or three times.

 

1987′s The Joshua Tree is probably the best example of the “U2 sound”, with songs like “ With or Without You ” and “ Where the Streets Have No Name ” being among the band’s most critically acclaimed and best loved works. The album was recorded at the height of the 1980s “shred-metal” era but The Edge’s guitar playing on it could not be further from the emphasis of the time on technique and speed. The album showcases The Edge’s approach to the guitar: rather than trying to push his guitar to the front of the mix and make his contributions obvious, The Edge focuses on the song and the mood, often contributing just a few simple lead lines given depth and richness by an ever-present digital delay. For example, the introduction to “Where the Streets Have No Name” is simply a repeated six-note arpeggio , broadened by a modulated delay effect. The Edge has said that he views musical notes as “expensive”, in that he prefers to play as few notes as possible. He said in 1982 of his style,

 

“I like a nice ringing sound on guitar, and most of my chords I find two strings and make them ring the same note, so it’s almost like a 12-string sound. So for EI might play a B, E, E and B and make it ring. It works very well with the Gibson Explorer . It’s funny because the bass end of the Explorer was so awful that I used to stay away from the low strings, and a lot of the chords I played were very trebly, on the first four, or even three strings. I discovered that through using this one area of the fretboard I was developing a very stylized way of doing something that someone else would play in a normal way.”

 

The Edge’s guitar technique has been shaped by many different influences. His first guitar was an old acoustic guitar , with which his brother Dik Evans and he experimented. [10] He said in 1982 of this early experimentation, “I suppose the first link in the chain was a visit to the local jumble sale where I purchased a guitar for a pound. That was my first instrument. It was an acoustic guitar and me and my elder brother Dik both played it, plonking away, all very rudimentary stuff, open chords and all that.”

 

Check out u2.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera