Recettes basiques pour un son destroy

Ah le punk ! On se dit qu’il suffit de prendre une gratte, un ampli, un jack et une sangle (très longue de préférence), qu’on va mettre tout au taquet, et que ça devrait sonner comme il faut.

Mais que l’on parle du punk anglais historique ou du punk rock américain actuel, force est de constater que leur son est loin d’être simplement sale.

Vous avez dit garage ?

Mick Steve Jones ne jouaient pas sur des râpes, mais sur de superbes Les Paul. Le guitariste de Clash jouait sur Mesa Boogie et la légende raconte que celui des Sex Pistols ajoutait une Big Muff à son Twin Reverb.

 

Quant à The Offspring, Blink 182 et aux autres groupes finissant par un nombre, ils ont les mêmes goûts de luxe : Mesa Boogie (tiens, encore !), Orange et autres amplis à lampes très onéreux.

 

Vous l’aurez compris, ce ne sera donc pas si facile d’avoir le son qui déchire avec votre starter kit.

Régler son ampli !

Bon, pour la guitare, en effet, on colle tout à fond, on joue sur le micro aigu et roulez jeunesse. Mais si vous mettez tout à fond sur l’ampli, vous risquez de trouver le son trop propre sur le canal clair ou trop hard sur le canal saturé.
Réduisez alors le gain sur le canal saturé, à moitié par exemple et sculptez le son avec l’égaliseur. Augmenter les médiums vous donnera un son plus roots, et les aigus saliront l’ensemble. Enfin, baisser les graves vous éloignera du monde métal.
Les potards contour, shape ou blend, si vous avez la chance d’avoir un de ces réglages disponible sur votre ampli, peuvent également vous être d’une grande utilité : ce sont eux qui peuvent changer le grain de votre son, en particulier des médiums. À vous de trouver le dosage adéquat.
Si malgré tout cela vous ne trouvez toujours pas LE son (ce qui est souvent le cas si votre ampli n’a pas de réglage des médiums), il va falloir ajouter une petite boîte à votre arsenal.

Des effets pour jouer du punk ?

Rassurez-vous, il n’est pas question ici de pédaliers complexes.

Toute pédale se nommant simplement « distorsion » est en théorie capable de produire un résultat intéressant. Si vous êtes plutôt punk à crête, la Boss DS-1 ou la MXR Distortion + restent des standards fiables et très simples à régler. Mais les guitaristes de la génération « American Pie » risquent de trouver leur son trop rugueux. Dans ce cas, tournez vous vers des saturations plus modernes comme la bien nommée Slam Punk d’Ibanez, la Grunge de Digitech, ou encore vers des pédales à priori destinées au métal, car le son punk rock californien n’en est pas si éloigné.

Et si malgré tous ces essais vous n’êtes pas convaincu, ce sera du côté de votre instrument qu’il faudra enquêter. Il se peut que le son tant recherché ne puisse pas être obtenu à cause du type de micro embarqué, car un simple bobinage sonne plus aigu et incisif qu’un humbucker. Dans ce cas, vous serez malheureusement obligé de changer au moins de micro, si ce n’est de guitare pour arriver à vos fins.

Réagir à cet article

http://fr.audiofanzine.com/bien-debuter/editorial/dossiers/comment-obtenir-un-son-de-guitare-punk.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera