Aux Tiercerettes, la police confisque les guitares

La ville de Zebda, des Fabulous Trobadors, d’Art Mengo, de Juliette et de Nougaro a la fibre musicale, certes, mais faut pas pousser la chansonnette trop tardivement dans la nuit, qui plus est dans la rue. «Je ne comprends pas, les policiers sont arrivés, ils nous ont demandé d’arrêter de jouer et après ils nous ont pris nos instruments». Ce jeune guitariste toulousain, intermittent du spectacle qui souhaite garder l’anonymat, a fait les frais le week-end dernier d’une soirée musicale qui a eu tendance à trop s’éterniser place des Tiercerettes, non loin de la place

La musique, c’est bien mais il était 1 h 30 du matin et les habitants du quartier, excédés par ces soirées qui n’en finissent plus, ont fini par appeler la police. Ces derniers se sont donc rendus sur place et ont verbalisé, mais pas seulement : ils ont carrément confisqué les instruments. «Maintenant, pour récupérer ma guitare, je dois faire une lettre au procureur de la République et c’est une amie avocate qui s’en charge, parce que si c’est moi qui écris au procureur, je crains de devoir attendre longtemps. On m’a dit que ça pouvait prendre six mois», ajoute le jeune musicien.

Désormais, les musiciens noctambules n’ont qu’à bien se tenir. Pas plus tard que dans la nuit de mardi à hier, à 2 h 15, toujours place des Tiercerettes, c’est à nouveau un guitariste qui donnait un concert improvisé devant une dizaine de personnes qui a été verbalisé par la police nationale pour tapage nocturne.

Be the first to comment