La guitare Alurider fait des étincelles musicales

Il était jusqu’à présent plus coutumier des Lamborghini et autres Chevrolet que des Stratocaster. Rémi Leduc, carrossier tôlier-formeur à Joué-lès-Tours vient d’ajouter une corde (musicale) à son arc en s’associant à Bertrand Moguérou, luthier à Vernou-sur-Brenne. De cette union informelle est née l’Alurider, une guitare électrique construite à partir de plaques d’aluminium poli miroir.

Dix heures de façonnage

« Quand j’ai vu ce qu’il était capable de faire avec une feuille d’aluminium, je lui ai demandé s’il pouvait fabriquer une guitare électrique », retrace le luthier spécialiste des guitares depuis plus de dix ans. Ce qu’a fait le carrossier de voitures anciennes.
Et de manière suffisamment convaincante pour permettre au duo d’artisans de remporter le 2e prix départemental des Métiers d’arts et le prix Star et Métiers de la chambre de métiers et de l’artisanat d’Indre-et-Loire, il y a quelques mois.

VIDEO. Tours : Et le métal est devenu guitare… par lanouvellerepublique

“ Drive your sound ”

La marque Alurider, au slogan évocateur de « Drive your sound », a été déposée auprès de l’INPI. Une marque on ne peut plus locale : des moules réalisés sur les machines de découpe jet d’eau (une pression de 3.850 bars) de Christophe Leguillon à Joué-lès-Tours, à l’accastillage et aux réglages réalisés par Bertrand Moguérou, en passant par le façonnage du corps de l’instrument mené à bien dans les locaux de l’Atelier Forme Auto de Rémi Leduc.
Après de nombreux ajustements, quatre Alurider, parmi lesquelles deux prototypes, sont aujourd’hui opérationnelles. Et le résultat est là, s’étonnent à moitié les deux artisans : « On arrive à proposer un instrument complètement abouti qui fonctionne très bien. »

Sur scène au Printemps de Bourges

« On tombe au bon moment, il y a un phénomène d’attrait pour ce type de guitares », constate Bertrand Moguérou qui veut croire en la bonne étoile de sa guitare électrique. C’est qu’à côté de son esthétique rutilante, l’Alurider aurait aussi de nombreuses « qualités (musicales) nouvelles » à faire valoir.
« Le fait d’être sur une caisse métallique entièrement hermétique aux rayonnements électromagnétiques permet de ne pas avoir de bruits de fond », assure le luthier qui a déjà pu voir sa création à l’œuvre, dans les mains des Godhorns, lors du dernier Printemps de Bourges.

Be the first to comment