On l’opère du cerveau, lui joue de la guitare

Pour la première fois le patient a choisi de jouer de la guitare pendant l’intervention.

Des standards américains dans un bloc opératoire ce n’est pas commun. Surtout lorsque c’est le patient qui joue cette musique, pour son bien. Brad Carter, acteur et musicien de 39 ans devait subir une opération du cerveau visant à réduire ses tremblements intempestifs, rapporte la chaîne locale de CBS à Los Angeles. Il est atteint de la maladie de Parkinson. Pour tenter de mettre un terme aux tremblements -ou, en tout cas, mieux les contenir-, l’équipe du neurochirurgien Nader Pouratian a décidé de lui implanter une sorte de petit pacemaker dans le cerveau. Pour que l’appareil soit efficace cela dit, celui-ci doit être parfaitement placé. Lorsque les chirurgiens interviennent sur le cerveau, sous anesthésie locale, ils ont besoin de savoir qu’ils ne touchent aucune zone dite “sensible”. Pour ce faire, la coopération de leur patient est nécessaire.

Dans ce genre d’opération, originalement, le patient est stimulé par des problèmes logiques ou une discussion politique. La guitare, c’est une idée de l’ancien acteur de la série Mentalist ou des Experts. Pas anodin : “ma musique est vraiment importante pour moi, donc j’espère que cela va me permettre de jouer de la guitare. Je veux enregistrer, je veux jouer en live, j’ai joué en direct pendant de nombreuses années et je veux recommencer”, a-t-il déclaré à la chaîne de télévision.

En live sur Twitter

L’opération accompagnée de la guitare –une première mondiale- a été diffusée en direct sur les réseaux sociaux. Une aubaine pour Nader Pouratian, le neurochirurgien du centre médical de l’université UCLA qui a opéré: “c’était une opportunité incroyable que le monde en sache plus sur cette opération. Nous vivons sur une planète où tout le monde accède à Internet et tente de se renseigner. Et parfois, les sources sur le Web ne sont pas tellement fiables et nous avons pensé que ce serait une grande opportunité de faire entrer les gens dans la salle d’opération et leur montrer ce type de chirurgie.”

Quelques jours après l’opération, Brad Carter tremble “toujours un peu”. Mais il a “bon espoir, les premiers résultats sont encourageants.” Quoi qu’il en soit, il a tenu à donner un concert à UCLA, où il a été opéré, devant une centaine de patients et de docteurs.

(France USA Media)

Be the first to comment