Pas de fausse note pour le festival de guitare

Cristobal Pazmino, directeur artistique du festival de guitare, organisé par l’association « Guitares au gré du Loir », a le sourire. La dizaine de bénévoles permanents et les trente personnes mobilisées chaque soir depuis le 19 juillet peuvent souffler. Samedi soir, le festival a baissé le rideau après avoir accueilli environ 2.000 spectateurs, soit plus qu’en 2013. Pour son directeur artistique, c’est un bon cru. « Pratiquement tous nos objectifs sont atteints lors des soirées. On ne connaît pas les réactions du public mais il a l’air satisfait. Certains auraient aimé qu’on ne mélange pas les styles, mais c’est un festival, c’est fait pour ça. »

“ On dansait dans la rue ”

Pour cette édition 2014 qui a coûté environ 85.000 € aux organisateurs et à leurs partenaires, il y en a eu pour tous les goûts. Danses latino américaines, musique manouche ou encore chanson française avec Yves Duteil. « Ici, le public est différent des grandes villes. On s’adapte. Le festival se tenait en juillet, comme l’an passé. Pour l’année prochaine, on réfléchit à un retour en avril. » Du côté des masterclass, celles qui ont eu lieu en début de semaine avec le professeur Yves Gueroas ont réuni seize élèves. Celles assurées par Norbert Krief ont été annulées. « Des problèmes de timing. C’est dommage, elles étaient quasi pleines, avec presque une vingtaine d’élèves. »
Jeudi, les organisateurs ont joué de malchance. Le concert de Norbert Krief, qui devait se tenir dans la cour du cloître, a dû être transféré au Minotaure pour raisons météorologiques. « L’après-midi, il pleuvait. Et le soir, comme par hasard, il faisait beau. Le fait de changer nous a fait perdre des spectateurs. » Pour Cristobal Pazmino, le plus beau souvenir reste celui de la soirée tango. « Pour la première fois, les gens dansaient dans la rue, c’était superbe. » La direction artistique va plancher sur la 18e édition : « On commence en août pour caler les têtes d’affiches vers le mois de janvier. » Le festival range donc sa guitare ; mais puisqu’elle le démange, il sera bien de retour en 2015.

Be the first to comment