Pause Guitare : ça démarre ce soir de bars en bars

Alain Navarro a le sourire satisfait. Après une édition 2013 pas vraiment folichonne, cette 18e édition s’annonce comme celle des records avec plus de 25000 réservations. Du jamais vu.

Dans les locaux de l’association Arpèges et Trémolos, c’est le sprint final. Aujourd’hui, le festival prend ces quartiers d’été avec une nouveauté nommée de bars en bars. Des concerts dans les estaminets de l’Albigeois, pour lancer la folle semaine du Festival Pause guitare. La pression est là, mais elle est sereine. Pourquoi une telle zénitude? Tout simplement en regardant le nombre de réservations largement en hausse par rapport à l’an dernier.

Dans son bureau débordant de cartons et d’affaires en tout genre, Alain Navarro a la moustache frétillante, les traits apaisés. Avec lui, découvrons ce cru 2014.

Record pour les réservations

«Cela fait du bien de voir que le public continue de nous suivre, après la difficile édition 2013. Jamais, depuis la création de Pause guitare, nous n’avons enregistré autant de réservations. On a dépassé les 25 000. C’est énorme». Christophe et Aldebert font le plein au Grand théâtre. Il ne reste que quelques places pour Louis Cheddid.

La soirée M, Fauve, Yodélice et la Femme du jeudi à Pratgraussals, frôle les 10 000 entrées.

«Du jamais vu depuis Sting et Aubert en 2012» reconnaît Alain Navarro. Ça cartonne aussi pour le samedi avec Maé, Ayo, Youssoupha et Zaz. Et belle surprise, la soirée du vendredi plus rock (Skyp the Use, Détroit, The John Butler trio et The hives) serait proche des 6 000 tickets vendus.

«Alors oui, on a le droit d’être satisfait. Aujourd’hui, nous voyons plus clair. Je me projette déjà sur 2015» admet le directeur du festival.

Une petite ville à Pratgraussals

Mais revenons à 2014. «C’est le rush. À Pratgraussals, on fabrique une véritable petite ville, capable d’accueillir plus de 25 000 personnes. Il faut préparer la scène, les loges, une cantine, les bars, etc…»

À noter quelques nouveautés. Des fanfares vont se déplacer sur le site, pour que l’attente des spectateurs soit plus agréable.

«L’accueil a toujours été notre marque de fabrique. On fait tout pour que chaque année, il y ait un petit truc en plus».

540 bénévoles

Le festival s’appuie sur un soutien remarquable des bénévoles. Cette année, ils seront 540 qui permettent tout simplement au festival, d’exister.

Le off doit retrouver une vraie place

Le festival off fait son grand retour du mardi au jeudi soir, sur le Jardin national, avec chaque soirée trois concerts gratuits . «Il faut que le succès populaire soit aussi au rendez-vous. J’avoue que développer le off est l’un des beaux chantiers de Pause guitare dans les années futures.»

Le soutien aux intermittents

Le festival doit-il craindre des actions des intermittents du spectacle ?

«Aujourd’hui, tout se passe bien. Évidemment que nous soutenons les intermittents. Avec d’autres directeurs de festivals, nous avons envoyé un courrier aux élus pour qu’ils arrêtent les dégâts avec eux. La culture est le second secteur économique du Pays. Il faut protéger l’exception culturelle française et tous ces intermittents qui font un travail formidable.»

Allez. Place à la musique. Dès ce soir, les bars d’Albi seront rock à souhait, lançant cette semaine de concerts, cette pause guitare. «Vous savez, j’avais imaginé il y a dix mois, de réunir M, Fauve, Yodélice et La Femme un même soir. D’habitude, il manque toujours un artiste. Et bien, pour la première fois en 18 éditions, ça se réalise.» Signe d’une semaine exceptionnelle ?

www.pauseguitare.net


Ce soir, de bars en bars

C’est une première. Pour lancer le festival, Pause guitare propose d’animer l’Albigeois avec des concerts gratuits dans les bars.

A Albi :19 heures, cafè de la Préfecture, «Un Instant Baloche»; 20 heures, Le Cosy, «Oxfish»; 21 heures, O Sullivan’s, «Particles»; 22 heures, Le Pontié, «Phil and Phil»; 22h30, Place des Bières, «Tantrha», 23 heures, Pré En Bulle, «Liane and Co»; minuit, O Gambrinus, «Boys on the Dock».

Hors albi :19h30, La Javanaise (Rivières), «Patrice Caumon»; 21 heures, café de la Presqu’ïle (Ambialet), «The Hot Dogz»; 21 heures, Le Mc Adams (Le Séquestre), «Brace!Brace!»; 22 heures, Café Joubert (Fayssac), «Matmaïna».

Be the first to comment