Pedro Soler, parrain de prestige au concours de guitare

Dans les concours de beauté, le jury pour l’essentiel est composé de vieux messieurs tout fripés et de dames totalisant un nombre incalculable d’heures d’avion. Ce n’est pas le cas pour la musique. Les organisateurs de la Feria de la première bulle se sont adjoints les précieux conseils et l’oreille absolue d’un maître de la guitare pour célébrer la première édition du concours des Espoirs de la Guitare, qui se tiendra sur le podium de la place du Presbytère le samedi 5 juillet.

Pedro Soler parrainera en effet cette première rencontre entre de jeunes pratiquants au talent émergeant, connu des spécialistes pour certains, et le public limouxin, dans le cadre d’une fête qui souhaite recentrer une partie essentielle de ses animations autour des attributs essentiels de la feria et de son expression la plus aboutie, le flamenco. Ainsi, les candidats au nombre d’une dizaine pour l’instant, seront entendus lors d’une première audition publique éliminatoire l’après-midi à partir de 17h. Les finales, le soir sur le coup de 22h30, seront précédées du concert donné par Pedro Soler.

Musicien nomade, solaire et monacal (l’obligation de la corde-ceinture en moins) dans son jeu dépouillé de tout baroquisme, Soler a traversé l’ultime partie de l’âge d’or du flamenco aux côtés de «monstres» tels que Pepe de la Matrona, Jacinto Almaiden ou encore Enrique Morente, Inés Bacán, La Joselito, élargissant ses rencontres de manière conjoncturelle avec des artistes tels que Germaine Montero, Maria Casarès, Atahualpa Yupanqui, gitans et indiens, européens, américains des deux sous-continents, et sans doute un voisin de rue de sa finca banyulaise. Peut-être même un raton laveur. Mais cette prodigalité qui est la marque de fabrique d’un artiste libre est aussi exclusive. Avare d’effets, de subterfuges, de virtuosité, son art perpétue la tradition d’un genre qui n’est jamais aussi près de la vérité que lorsqu’il menace ruine. A l’image d’un monde où plus personne, ou presque ne se reconnaît.


Où s’inscrire?

Les participants doivent se faire inscrire avant le 30 juin, par mail à : [email protected] Le concours est réservé aux solistes ainsi qu’aux duos, sur la base d’une partition de flamenco au choix de ou des interprètes. Le premier prix permettra au lauréat de suivre un stage d’unbe semaine dans une académie de flamenco d’Andalousie, vraisemblablement Séville.

Be the first to comment