Raphaël Faÿs "ballade" sa guitare en Loire de Blois !

Le 2 février, la haute tour des disques enregistrés par Raphaël Faÿs va encore se hausser de deux ou trois étages grâce à la publication du Cercle de la nuit.

Depuis un certain Gipsy New Horizon daté de 1979, c’est un beau panorama qu’on contemple en 25 disques, entre jazz dit manouche (hommages à Django), jazz fusion, de très belles plages de guitare classique, du flamenco et des compositions ” Vénitiennes ” !

Difficile de choisir entre tous ses disques aux noms évocateurs… Mais si on ne dispose que de trois francs six sous et qu’on souhaite débuter un brin de parcours avec l’artiste, alors pas d’hésitation : nous conseillons  fermement l’opus de 2012 Ballade en guitare.

En effet, Raphaël a laissé courir ses doigts sur une guitare festive – superbe instrument du luthier Maurice Dupont – mais aussi romantique, vive ou rêveuse.

On y trouve de la valse, des airs « slaves », des chansons d’ici et d’ailleurs – Histoire d’un amour ou Un jour tu verras – une superbe Ballade au bout du monde idéale pour un road movie, une escapade dans le hiératique Adagio du Concerto d’Aranjuez…

Et parlant de concerto, on n’aura garde d’oublier le Concerto de Venise enregistré à Blois avec des professeurs de conservatoire, que Raphaël a composé un jour qu’il avait l’esprit vagabond.

 Concert filmé

Pour les amateurs d’images, choisir le DVD des frères Denis Ma vie à travers la guitare. Raphaël, filmé au bord d’une rivière ou en d’autres lieux choisis, y parle un peu de lui, et joue dans sa grande variété de styles.

Un tiers de guitare classique, un tiers de guitare flamenca, et un grand tiers enregistré au festival de Salbris Swing 41. Et pour swinguer, ça swingue !

Ces derniers temps, Raphaël semble particulièrement pris par le flamenco, comme en témoigne Circulo de la noche. Et une idée lui est venue : pour marquer la sortie du disque, pourquoi ne pas enregistrer un concert spécial avec des titres de l’album, que les fidèles pourront retrouver sur internet par exemple.

C’est ainsi que – encore et toujours avec les inspirés frères Denis – Raphaël Faÿs s’est retrouvé il y a une semaine dans une maison singulière en bord de Loire pour enregistrer un florilège de morceaux avec des musiciens enthousiasmants. Non moins enthousiasmante étant la fière danseuse Diana Regano, un vrai petit volcan, souvent en tournée avec le groupe. On ne dit pas Olé, mais on le pense très fort !

Disques disponibles sur le site :

www.raphaelfays.com

A lire aussi dans la NR du 30 janvier 2015.

Vidéo

VIDEO (41) Raphaël Faÿs la joue flamenco par lanouvellerepublique

Be the first to comment