guitarbites

Le festival guitare sur son 31 pour la 25 e

Même dans leurs rêves les plus fous, ils ne l’imaginaient pas. Jamais ils n’auraient pensé un jour écrire le nom d’Al Di Meola, guitariste de référence, sur les affiches du festival d’Issoudun. « C’est probablement la plus grosse tête d’affiche qu’on présente depuis le début, à l’exception peut-être de Chet Atkins en 1991 », avance Gérard Sadois, impliqué dans l’aventure depuis les débuts aux côtés de Christian Laborde et de Marcel Dadi.

 Plus grosse tête d’affiche depuis le début

Avec Dominique Delpoux, Daniel Matzinger et Alex Costanzo, il fait partie du noyau de fidèles qui œuvre quasiment toute l’année pour le festival. Dès qu’une édition s’achève, tous ont déjà la tête dans la prochaine. C’est ainsi au détour d’une rencontre inattendue que l’équipe a pu entrer en contact avec Al Di Meola. « L’an dernier, j’ai rencontré sur Châteauroux Kevin Siddiki qui y faisait un concert. Il était déjà venu au festival comme découverte en 2007. Je savais qu’il tournait régulièrement avec Al Di Meola. Je suis allé le voir et je lui ai demandé si ça lui semblait possible qu’ils viennent tous les deux à Issoudun », raconte Gérard Sadois. Bingo ! L’amorce de contact s’est concrétisée. Le guitariste de légende sera donc sur la scène Albert-Camus le 1er novembre.
Un événement qui semblait jadis improbable à l’équipe organisatrice. « Pour la 20e édition, nous avions édité un tee-shirt où on avait inscrit les guitaristes de rêve qu’on pensait ne jamais pouvoir recevoir à Issoudun. Il y avait Eric Clapton, Mark Knopfler, Paco de Lucia et Al Di Meola ! », se souvient Gérard Sadois. Le tee-shirt reste « collector » mais est un brin périmé grâce à cette 25e édition… et ce ne sont pas les fans qui s’en plaindront !
 Stages : le blues fait un carton. Six genres musicaux sont proposés aux guitaristes ayant au moins deux ans de pratique : blues, manouche, fingerstyle, rock, classique et ukulélé. Cette année, le blues fait un carton alors que le stage manouche, habituellement très prisé, marque un peu le pas. Le genre classique, pourtant assuré par Thibault Cauvin (à découvrir en première partie d’Al Di Meola), a aussi peiné à trouver preneur.
 Fréquence 99.4. Pour la deuxième année, Fréquence guitare Issoudun s’installe au Dadgad Café (Centre des congrès) pour une diffusion en FM (sur 99.4) et – nouveauté 2013 – en streaming sur Internet. Cette radio éphémère fonctionnera 24 heures sur 24 et proposera dix heures d’émissions en direct, chaque jour de 10 h à 20 h, pendant toute la durée du festival.
 Les luthiers sur scène et en Salon. Entre 40 et 50 luthiers professionnels sont attendus sur le Salon de vendredi 1er, 14 h, à samedi 2, à 18 h. Pour le matériel d’occasion, rendez-vous 50 m plus loin (collège Bazlac), au Guitar’Broc, marché des bonnes affaires.
 Concerts gratuits. C’est une volonté des organisateurs : programmer un maximum de concerts gratuits, en plus de la programmation officielle en soirée et des masterclass en après-midi. Nouveauté de la 25e édition : chaque soir, un groupe est programmé à 18 h sur la scène du Dadgad Café. Ce rendez-vous s’ajoute aux apéro-concerts de 11 h 30 et à la scène des luthiers, le vendredi et le samedi, à 17 h.

pratique

 Y aller. Salon des luthiers, master class et concerts gratuits au Centre des congrès, boulevard Roosevelt, à Issoudun. Entrée libre.
 Concerts payants. Au Centre culturel Albert-Camus, avenue de Bel-Air, à Issoudun.
 Infos et réservations. Tél. 02.54.03.08.18 ou sur issoudun-guitare.com

à suivre

Concerts, master class, Salon des luthiers

 Jeudi 31 octobre. A 16 h, Antoine Payen et Adrien Janiak, au Dadgad café, Centre des congrès (gratuit). A 18 h, Dandy Circus (pop rock) au Dadgad café (gratuit). A 20 h 30, soirée irlandaise avec The Moorings et The Black Donnellys, Centre culturel Albert-Camus (23 € en réservation ; 25 € le soir du spectacle). A 22 h 30, Marie Coutant à la Méli (gratuit).


 Vendredi 1er novembre.
A 11 h 30, scène ouverte au Dadgad café (gratuit). A 14 h 30, master class (picking et manouche) avec Éric Gombart et Hervé Legeay, auditorium du Centre des congrès (20 €). A 17 h, scène des luthiers à l’auditorium (gratuit) ; à 18 h, EZTop (rock, gratuit) au Dadgad café. A 20 h 30, Al Di Meola et Kevin Siddiki, Samuel Rouesnel, Thibault Cauvin au Ccac (23 €). De 14 h à 18 h, Salon de la lutherie dans le hall du Centre des congrès et Guitar’Broc au collège Balzac.


 Samedi 2 novembre. A 11 h 30, scène ouverte au Dadgad café (gratuit) ; à 14 h 30, master class (rock, métal) de Judge Fredd, Franck Hermanny et Stéphane Forté, auditorium du Centre des congrès (20 €). A 17 h, scène des luthiers à l’auditorium (gratuit). A 18 h, Cour Supreme (rock, gratuit) au Dadgad café. A 20 h 30, Biréli Lagrène Quartet, Sofaï et Sweet Talkers au CCAC (23 €). De 11 h à 18 h, Salon de la lutherie ; de 14 h à 18 h, Guitar’Broc.

Article source: http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Loisirs/Fetes-festivals/n/Contenus/Articles/2013/10/29/Le-festival-guitare-sur-son-31-pour-la-25-e-1667764

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera